Wagram, un quartier, une histoire

30 mars 2016
Catégorie
Histoire de Paris

Dernièrement votre majordome immobilier s’est beaucoup promené du côté du métro Wagram et a dégoté un bel appartement avec vue imprenable sur les toits de Paris ; c’est l’occasion de vous parler de ce beau quartier.

Situé entre Ternes et Villiers, la station de métro Wagram demeure au cœur de la Plaine Monceau. Vous y trouverez des appartements dans de magnifiques immeubles, à l’environnement calme tout en jouissant de commerces de proximité.
Sous l’Ancien Régime, l’actuelle Plaine Monceau était un haut lieu de chasse qui fût annexé par Paris en 1860. Ce quartier s’est urbanisé sous l’impulsion des Frères Pereire (industriels, banquiers et hommes politiques) qui transformèrent totalement ce quartier  en lotissement privilégié constitué uniquement d’hôtels particuliers.

Historiquement, le métro Wagram nait en 1910, sur la ligne 3 du métro parisien, ligne qui traverse la capitale d’Est en Ouest (Bagnolet / Levallois).
Son nom vient de sa proximité avec l’avenue de Wagram, bataille napoléonienne qui eût lieu les 5 et 6 juillet 1809 en Autriche. Deux jours de lutte sanglante pendant lesquels une armée impériale française, allemande et italienne sous le commandement de Napoléon 1er fait face à une armée autrichienne. Résultat des opérations : victoire pour notre coalition ! Cocorico !

Si l’on s’attarde vers l’avenue de Wagram (ouverte à Paris en 1853) vous remarquerez des façades tout à fait singulières.
Côté Plaine Monceau vous apercevrez le bâtiment de la Poste : restructuré en 2010, le chantier donna lieu à une première « Le Musée de Graffitis à ciel ouvert ». 2 000 m2 servant de support à l’exposition éphémère de tags et de graffitis réalisés par les plus grands graffeurs internationaux.
Une façade assez imposante art déco caractérise ce quartier : l’hôtel Mercédès avec ses vitraux du sculpteur Grüber.

Si l’on se dirige vers l’Arc de triomphe, deux façades sont, selon votre majordome inratables : le n° 34 (Le Céramic Hotel) et le n°41 (le théâtre de l’Empire)

L’extraordinaire Ceramic Hôtel est un hôtel particulier construit en 1904 par Jules Lavirotte, architecte primé au concours des façades. Un décor de grès flammés et des sculptures de Camille Alaphilippe ornent cette façade. Cette dernière et la toiture typique de l’Art Nouveau sont inscrites au monument historique.

Le Théâtre de l’Empire a malheureusement disparu suite à une explosion en 2005. La reconstruction du n°41 a été l’occasion d’une restauration très moderne. Cette nouvelle façade, assez particulière, abrite désormais un hôtel de luxe. Le jeu ondulant de bandes horizontales ouvre aux chambres des vues vers la place de l’Étoile et l’avenue des Ternes.

Voilà quelques éléments historiques qui vous permettront peut-être de briller lors d’une balade pédestre dans ce quartier !